9 watts en veille : création d’un NAS domestique à faible consommation d’énergie / serveur de fichiers avec 4 unités de stockage

Actuellement, si vous payez un tarif d’électricité un peu moyen, les calculs sont plutôt bons : 1W = 1 $/an (environ) d’électricité pour un appareil fonctionnant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Soustrayez-en un peu si vous payez pour chauffer votre maison, et ajoutez-y un peu pour une climatisation supplémentaire en été.

J’ai dû mettre en place un NAS / serveur de fichiers pour remplacer un vieux serveur gourmand en électricité. Cette fois-ci, je cherchais à faire mieux en termes de consommation d’énergie, et j’espérais dépenser un peu moins.

J’ai commencé par examiner mes machines les plus récentes (non NAS). La dernière machine que j’ai mise au point fonctionnait avec un i3-6300 dont j’ai parlé à la page Construire un PC à faible consommation d’énergie sur Skylake – 10 watts en veille. Il a tourné au ralenti à 10 watts (spoiler) et a tiré 56-58 watts en faisant tourner Prime95 en fonction de la sous-tension. Les deux mesures ont été prises depuis le mur. Cependant, il était utilisé comme une machine de bureau typique.

Mon ordinateur portable avec un Kaby Lake (R) gère 5-8W au ralenti (et cela inclut l’écran !). Bien que j’aurais évidemment beaucoup de mal à atteindre ce résultat dans une machine de bureau avec des composants standard, j’espérais construire quelque chose qui serait au moins capable de fonctionner au ralenti avec une puissance de 6 à 8 W.

Ai-je réussi ? C’est ce que nous allons découvrir !

Disques durs

Normalement, je commencerais par le processeur/carte mère, mais c’est une situation où X s’appuie sur Y qui s’appuie sur Z. Il est plus facile de commencer par Z.

Dans l’article intitulé « comment décortiquer le Seagate Expansion 4TB portable (STEA4000400), et pourquoi…« , j’ai parlé de lecteurs 2.5″ tirant environ 1-2 watts alors que les lecteurs 3.5″ avaient tendance à tirer de 3-10 watts.

Examinons quelques données concernant les disques Seagate SMR actuels.

2.5″ 5TB3.5″ 5TB3.5″ 8TB
spinup max3.75w10-24w10-24w
write2.10w~5.5w~7.5w
read1.9w~5.5w~7.5w
idle1.3w~3.5w~5.0w
idle low power0.85w??
standby/sleep0.18wunder 0.75wunder 0.75w

Le graphique utilise des variantes de SMR car c’est le seul endroit où vous pouvez obtenir des disques 2.5″ de grande capacité. La réalité est que les disques 3.5″ ont tendance à utiliser 3 à 4 fois plus de puissance dans tous les cas. Notez qu’il existe un certain nombre de disques non-SMR 3.5″ qui font un peu mieux que celui du graphique (le graphique montre le Seagate Archive), bien qu’ils entrent toujours dans la catégorie « tire 3x-4x plus de puissance ».


La consommation d’énergie commence vraiment à avoir de l’importance lorsque vous utilisez plusieurs disques :

  • À un moment donné, ces disques durs qui rouillent deviennent les appareils les plus gourmands en énergie de votre machine.
  • Le coût annuel de l’électricité commence à s’accumuler lorsque vous avez beaucoup de disques 3.5″, et ce avant que vous ne teniez compte des ventilateurs supplémentaires et de l’utilisation plus importante du courant alternatif en été.
  • Trouver un bloc d’alimentation qui soit efficace à un ralenti de faible puissance avec des disques durs qui tournent à vide tout en ayant la capacité de faire tourner un tas de disques durs 3.5″ est un défi.

L’utilisation de disques décortiqués 2.5″ est actuellement un choix économique à long terme lorsqu’il est viable. Cela dit, si vous effectuez des écritures fréquentes, si vous avez besoin de temps de résilience/reconstruction rapides, ou si vous avez besoin d’énormes quantités de stockage total et que vous êtes limité par les ports SATA, les disques 3.5″ (idéalement non-SMR pour les performances) peuvent être la solution.

Bien sûr, si vous avez besoin de peu de stockage (moins de 4 To par exemple), les disques SSD haute capacité vous permettront d’obtenir des performances élevées avec une faible consommation d’énergie, mais avec un coût initial beaucoup plus élevé.

Pour mon usage (lectures lourdes, écritures moins nombreuses), les lecteurs SMR 2.5″ étaient la solution idéale.

4 des disques 2.5″ représentent un total de moins de 1 watt en rotation descendante, environ 4-5 watts en rotation ascendante et environ 8 watts en lecture et écriture actives.

 

PSU

L’un des avantages de la précédente machine Skylake de 10 watts était qu’elle était alimentée par une alimentation de type pico Antec extrêmement efficace, intégrée dans le boîtier et alimentée par un adaptateur 19V.

D’autre part, l’ancienne machine gourmande en énergie utilisait une alimentation ATX standard.

Pour cette nouvelle construction, j’ai fortement envisagé d’utiliser une alimentation Pico, mais j’ai finalement décidé de ne pas le faire. Voici pourquoi…

Pico PSU 5V Capacité en ampères

Lorsque plusieurs disques durs tournent, ils peuvent tirer un bon parti du rail 5V. En soi, ce n’est pas si mal : les disques durs 6x ont généralement une puissance maximale inférieure à 25 watts par rapport au rail 5V pour les disques durs classiques. Mais d’autres composants alimentés par la carte mère entrent en jeu : Par exemple, chaque appareil connecté à un port USB 3.0 peut tirer jusqu’à 0,9A (ou 1,5A s’il s’agit d’un port de charge), soit environ 5w à 7,5W. En ce qui concerne les composants spécifiques aux cartes mères, la puissance totale n’est généralement pas annoncée.

La majorité des blocs d’alimentation ATX standard peuvent supporter 20A sur le rail 5V, mais il est assez difficile de trouver un bloc d’alimentation ATX Pico autonome qui supporte bien plus que 6-8A.  Si vous regardez les spécifications de plusieurs alimentations de type Pico, vous verrez que les rails 12V ont une puissance suffisante, mais que les 3,3V/5V ne sont pas aussi évolutifs. C’est logique, car la plupart des PicoPSU semblent essentiellement passer par le 12V de l’adaptateur, de sorte que la plupart des travaux liés au courant qu’ils effectuent sont réduits à 5V ou 3,3V.

J’en ai trouvé qui étaient « calibrés » pour supporter la consommation de courant éventuelle que j’avais prévue. Cependant, dans un certain nombre de cas, les fils ou les broches étaient sous-dimensionnés par rapport à l’ampérage que je lui demandais, et la chute de tension est devenue un problème.

Si c’était le seul problème, j’aurais soudé directement de nouveaux fils et j’aurais essayé. Cependant….

Qualité et prix des briques de puissance

J’ai été légèrement alarmé de voir des adaptateurs d’alimentation sans nom « fréquemment achetés ensemble » sur Amazon avec les blocs d’alimentation Pico haut de gamme. Comme le gros du travail/protection/filtrage se fait dans l’adaptateur secteur, il serait étrange de faire des économies ici.

En cherchant sur Digikey des adaptateurs raisonnables (avec un rendement élevé), il est devenu évident que je pouvais obtenir des adaptateurs solides avec des fiches techniques détaillées, mais le coût commençait à monter.

Le prix total était néanmoins compétitif avec les adaptateurs ATX. Cependant…

Préoccupations concernant la qualité des PSU de Pico

Je suis presque sûr d’avoir acheté des convertisseurs à 5 dollars avec un nombre de composants plus élevé que certaines des alimentations Pico que j’ai rencontrées. Et ces convertisseurs à 5 dollars n’avaient pas les mêmes exigences strictes que les alimentations ATX typiques en matière d’ondulation, de réponse transitoire, de protection contre les surcharges/court-circuits, de séquencement de l’alimentation, etc.

En regardant à nouveau l’alimentation de type Antec Pico qui fait encore fonctionner la machine Skylake, je me suis rendu compte qu’elle était beaucoup plus complexe que toutes les alimentations Pico que j’ai rencontrées, malgré le fait qu’elle ait une brique d’alimentation pour faire une grande partie du travail.

C’est finalement ce qui a mis fin à la recherche de la PicoPSU. Pour un bureau de base, ce ne serait pas un problème majeur si une alimentation Pico causait de l’instabilité ou détruisait un composant. L’instabilité entraînant la corruption d’une matrice RAID (ou la destruction de plusieurs disques) est en revanche un risque important à prendre….. Bien qu’elles existent depuis un certain nombre d’années, les PSU Pico sont encore un peu « sauvages », comme les premières PSU ATX avant que les principales publications web ne commencent à faire des tests substantiels.

PSU (suite) – Antec Earthwatts 380W ATX

Comme il était hors de question d’utiliser une alimentation Pico, j’avais l’intention d’obtenir l’alimentation ATX la plus efficace que je pouvais trouver. Toms Hardware effectue des tests phénoménaux sur les blocs d’alimentation et leur examen du Corsair RM650 semblait montrer la meilleure efficacité à faible puissance. Malheureusement, après l’avoir commandé, j’ai trouvé qu’il était trop long pour le boîtier (oups).

L’idéal serait d’avoir quelque chose de moins de 200W, mais comme il est presque impossible de trouver des alimentations ATX de marque inférieure à 300W, j’ai creusé dans mon bac de stockage et j’en ai sorti des blocs d’alimentation de rechange, je les ai testés pour la consommation à vide, en plus de l’alimentation avec la carte mère que j’ai fini par utiliser (dont vous lirez la suite).

Résultats rapides sur la consommation d’énergie des blocs d’alimentation

OffNo-LoadMB + BIOS
Antec EarthWatts 380w Bronze0w3w9w
Antec Earthwatts 500w0w4w10-11w
Antec Earthwatts 450w Plat0w4w8-9w
Apevia WIN-500XSPX4w17-18wnon testé

Beurk sur l’APEVIA ! Au fait, je n’allais pas le brancher sur la carte mère. En fait, il était livré avec un boîtier d’ordinateur dont j’ai parlé il y a des années et qui n’a jamais été utilisé au-delà de l’image initiale (les câbles sont toujours attachés par torsion). Oui, je suis content de ne pas l’avoir utilisé. Oui, il est possible que je récupère le ventilateur. Oui APEVIA, vous auriez pu réduire le poids de tous les boîtiers que vous avez vendus en omettant le bloc d’alimentation et en expédiant simplement tous vos blocs d’alimentation directement à la décharge.

J’ai opté pour le modèle Antec Earthwatts 380W Bronze.

Il était alimenté sans aucune charge, à part son propre ventilateur, et le bloc d’alimentation utilisait 3W. En alimentant le MB/CPU/RAM, on est passé à 9W.

En parlant de la carte mère…

Carte mère et CPU – ASRock nous voilà

Je me suis un peu bousillé les genoux ici. Et par un peu, je veux dire beaucoup. Deux facteurs m’ont poussé vers une certaine carte mère :

  • J’avais déjà une DDR4 SO-DIMM de 8 Go de plus qui se lançait dans la mise à niveau de mon ordinateur portable.
  • Je cherchais à dépenser le moins possible, tout en obtenant un processeur de la génération actuelle.

Si vous essayez de trouver une carte mère qui résout les deux problèmes ci-dessus, pour l’instant vous allez sans doute vous retrouver avec une ASROCK Jxxx ITX équipée d’un processeur Goldmont Plus (Celeron J4005, Celeron J4105, ou Pentium Silver J5005).

Voici ce que j’ai fini par obtenir… la carte mère ASRock J4005B-ITX :

The ASRock J4005B-ITX

C’est moins flou dans la vie réelle.

En quoi ce choix de carte mère/puce m’a-t-il gêné ?

Voici quelques limitations :

  • Le contrôleur Intel des processeurs Goldmont Plus ne prend en charge que 2 ports SATA.
  • Les processeurs Goldmont Plus n’ont que 6 voies PCI Express, ce qui limite le nombre de contrôleurs SATA tiers que le fabricant (ASRock dans ce cas) peut installer.
  • Ces cartes ASRock sont de type ITX, ce qui signifie qu’elles n’ont qu’un seul emplacement PCIE et qu’une seule carte SATA PCIE peut être installée.
  • Ces cartes Goldmont Plus économiques n’ont pas de réglage de tension/fréquence disponible, donc pas de sous-tension. Aucun état de puissance s0ix disponible non plus pour une réduction supplémentaire de la puissance (bien que je ne sache pas s’il s’agit d’une limitation du processeur ou de la carte mère).

Arrêtons-nous un instant pour évaluer. Je suis en train de créer un NAS, et j’ai déjà limité ma capacité à ajouter des disques durs. Je vise une faible consommation et j’ai déjà limité ma capacité à modifier les paramètres de puissance dans le BIOS… pas très bien parti, n’est-ce pas ?!

Si j’avais été prêt à dépenser un peu plus au départ et à renoncer à l’utilisation de mon SODIMM DDR4 supplémentaire, j’aurais probablement envisagé une i3 de la génération actuelle et une carte mère non-ITX qui aurait eu plus de ports SATA avec quelques emplacements d’extension pour des contrôleurs supplémentaires. Si je voulais seulement renoncer au SODIMM DDR4, les cartes micro-ATX ASRock J4005M ou J4105M auraient au moins donné 3 emplacements PCI-Express.

 

 

Problèmes de carte mère : ASRock J4005B-ITX et J4105-ITX

J’ai également pris le J4105-ITX pour une autre machine qui est assez similaire. Voici quelques points de douleur que j’ai rencontrés entre les 2 planches :

  • La pire liste de QVL mémoire que j’ai jamais vue. Sérieusement, j’ai en fait cherché beaucoup des modules listés et ils ne sont même pas disponibles au détail. Pour aggraver les choses, les critiques ont des gens qui montrent des problèmes de compatibilité de mémoire.
  • Incompatibilité PCI-E avec une carte PCIE-x2 qui a chassé l’ethernet (mentionné plus loin).
  • Turbo ne fonctionnera pas si vous utilisez Windows Server 2019 et vous aurez beaucoup de périphériques manquants indiqués dans le gestionnaire de périphériques (ni Windows Update ni ASRock n’ont de pilotes disponibles pour Win Server). Notez que Win 10 est très bien car il dispose de la plupart des pilotes via Windows Update, ASRock complétant le reste.
  • Une mise hors tension soudaine peut empêcher le système de démarrer à moins que l’alimentation ne soit interrompue pendant un certain temps.
  • L’échange de RAM peut nécessiter l’effacement du CMOS (ou de nombreuses tentatives de redémarrage).
  • Spécifique à J4105-ITX : L’ASM1061 qui ajoute 2 ports SATA supplémentaires (pour un total de 4) a commencé à mourir en moins d’un an, provoquant des interruptions de commande sur tout disque dur qui y était branché. Non pas que l’ASM1061 soit un très bon contrôleur pour commencer…

D’un autre côté, les deux cartes mères supportent 16 Go de RAM malgré les spécifications qui en réclament un maximum de 8. J’ai essayé 1 stick de 16 Go et 2 sticks de 8 Go pour le double canal. Je n’ai pas testé 32 Go, même si je pense que cela pourrait fonctionner. La RAM que j’ai testée était un stick Kingston HyperX de 16 Go (DDR4-2666 à double rang, bien qu’il soit de 2400), un stick Kingston ValueRAM de 8 Go (simple rang) et mon stick Micron de 8 Go (simple rang).

MISE À JOUR : J’ai finalement réussi à obtenir 32 Go de RAM (2x Kingston HyperX 16 Go DDR4-2666 à 2400 MHz). Comme le BIOS est extrêmement inconstant lors d’un changement de RAM, le processus que j’ai fini par utiliser et qui a fonctionné de manière constante a été de (a) mettre la nouvelle RAM, (b) court-circuiter les broches Clear-CMOS pendant quelques secondes puis de les relâcher, (c) mettre la machine sous tension, et (d) continuer à appuyer sur la touche delete. Après ce qui semble être plus de 30 secondes, la vitesse du ventilateur change brièvement, puis le système redémarre (il s’éteint puis s’allume automatiquement), mais cette fois, l’écran s’allume et vous permet d’appuyer sur DEL pour entrer dans la configuration.

Consommation d’énergie – Tests de ralenti précoce (10-12 watts)

Le test initial avec un simple clavier et un moniteur a donné une puissance de 9 watts à l’écran du BIOS.

Après avoir ajouté un SSD et démarré dans un système d’exploitation, Windows et Ubuntu tournaient au ralenti à environ 10-12 watts (bien qu’Ubuntu ait eu besoin d’un réglage « powertop » pour y parvenir).

Il est à noter que dans Ubuntu, la consommation d’énergie était de l’ordre de 10-12 watts, que l’on utilise l’édition « Desktop » ou « Server » (client-seul). Certains éléments de GNOME en arrière-plan pourraient faire rebondir le processeur dans certains états de veille, mais si vous essayez de choisir entre un ordinateur de bureau et un serveur, cela ne fera pas vraiment de différence en termes de consommation d’énergie. Si vous avez un moniteur connecté, vous pouvez aussi bien utiliser l’édition Desktop car il est facile/rapide de le faire éteindre après X minutes alors que l’édition Server semble simplement le laisser allumé par défaut en permanence : très bien si c’est sans tête mais malheureusement si vous avez un moniteur connecté et que vous oubliez de l’éteindre manuellement (utiliser « consoleblank » dans grub peut aider ici).

Components for the 9W NAS

Consommation d’énergie – inactivité de préréglage ET activité intense du réseau/disque (4 disques durs) (13-14 watts / 22 watts)

J’ai installé une carte contrôleur SATA Marvel 88SE9215 à 4 ports dans l’emplacement PCIE.

J’ai également essayé une carte contrôleur SATA à 8 ports : la SA3008 qui utilise un pont PCIE ASM1806 pour piloter 4x contrôleurs SATA ASM1061 (incidemment, l’ASRock J4105 utilise l’ASM1061 pour 2 des 4 ports qu’elle fournit sur la carte mère). Le peu de documentation disponible sur le SA3008 suggère qu’il utilise une interface PCIE 2x (bien qu’il s’agisse d’une carte de taille 4x) et que cette carte mère supporte 2x PCIE.

Malheureusement, la carte SA3008 a interféré avec le contrôleur réseau de Realtek qui ne s’est pas manifesté. La carte a également consommé +4 watts par rapport à la carte Marvel, s’est vraiment réchauffée même lorsqu’elle était inactive, et n’a pas eu de TIM entre les contrôleurs et le dissipateur de chaleur.

Mise à jour : j’ai installé plus tard une carte Marvel/JMicron 1x à 8 ports qui a très bien fonctionné, bien que les résultats de puissance ci-dessous reflètent la carte Marvel à 4 ports.

Ensuite, j’ai installé une matrice RAID5 BTRFS avec la compression zstd:9 activée sur 4x disques Seagate SMR (4-5TB chacun).

En l’absence de cette configuration (les disques n’ont pas tourné), j’avais une puissance de 13-14 watts.

J’ai lancé un rsync de l’ancien serveur vers le nouveau. rsync et sshd avaient fixé le CPU et la consommation totale au mur est arrivée à 25 watts. Notez que rsync fonctionnait entre 6 et 32 Mo/s pendant qu’il parcourait les fichiers malgré une connexion gigabit, gravitant vers le bas de gamme au fil du temps. J’ai finalement désactivé les atténuations et monté le réseau BTRFS sans barrière et les vitesses sont passées à 30+MB/s. L’utilisation du CPU peut être attribuée en grande partie au fait que la compression ZSTD a été forcée à un niveau assez élevé.

Si vous effectuez des rsyncs importantes sur un système de fichiers BTRFS compressé et que vous envisagez d’utiliser ces cartes Jxxx-ITX, vous pouvez envisager d’opter pour une variante à 4 cœurs si vous avez besoin d’une vitesse de copie plus élevée.

 

Consommation d’énergie – Ralentissement après le réglage

Comme j’y ai fait allusion plus haut, j’avais fait quelques ajustements. Voici les principaux éléments :

  • PowerTOP sous Linux (auto-tune au démarrage).
  • Les disques durs s’éteignent au bout de 30 minutes.
  • Remplacement du ventilateur du bloc d’alimentation par un ventilateur Noctua.
  • Un ventilateur de boîtier dont la vitesse est juste au-dessus du décrochage.

Avec les disques durs en panne, je regardais une puissance constante de 9 watts au repos depuis le mur.

Points forts : Les points forts de cette installation

9 watts au ralenti (où il se trouve la plupart du temps) est assez raisonnable compte tenu du fait que je dispose d’un SSD + 4 disques durs d’une capacité totale de 16 à 20 To (12 à 15 To via RAID-5). En gardant à l’esprit qu’il est piloté par un bloc d’alimentation ATX, ce n’est pas vraiment un mauvais signe, tout bien considéré. À titre de comparaison, j’ai examiné quelques NAS Synology et, à l’exception de quelques modèles, ils tournent tous au ralenti à une puissance plus élevée.

Si la capacité devenait un problème majeur à l’avenir, l’utilisation de lecteurs 3.5″ pourrait se faire au détriment d’environ +15 watts en veille, bien que dans une situation où ils pourraient être maintenus agressivement en veille/endormissement, je soupçonne que l’augmentation ne serait que de 1-3 watts, ce qui est encore moins que le contrôleur à 8 ports que j’ai essayé avait utilisé.

Assis en plein air (19 C), le dissipateur de chaleur du CPU était à environ 32 C pendant la « rsync » et en touchant chaque puce de la carte mère après la mise hors tension, aucune n’était chaude de façon détectable. Le composant le plus chaud était le dissipateur de chaleur de la carte contrôleur SATA de Marvell, qui était à environ 38°C.

La faible puissance s’est clairement traduite par une faible chaleur, ce qui signifie que j’ai pu me débrouiller avec un seul ventilateur de boîtier à un réglage extrêmement bas : pour être honnête, j’aurais probablement pu me fier au seul ventilateur du bloc d’alimentation.

 

Limitations : Les points faibles de ce dispositif

Malheureusement, le système actuel ne peut contenir que 6 lecteurs au maximum : 1 lecteur de système d’exploitation et 5x lecteurs de stockage. En réalité, 4x disques de stockage devient le maximum quotidien car il vaut la peine d’avoir 1 port de rechange prêt pour les mises à jour/remplacements de disques durs. D’autres cartes de contrôleur sont envisageables à l’avenir, mais les options sont vraiment limitées lorsque le seul emplacement d’extension fonctionne à un taux PCIE maximal de 2x.

Le fait que l’unité centrale soit au maximum pendant le transfert de fichiers est un autre inconvénient. Ce Celeron à deux cœurs est très sollicité, et bien qu’il puisse être capable de gérer d’autres tâches à l’avenir (par exemple le transcodage Plex via Intel Quicksync), chaque fois qu’on lui demande de faire deux choses à la fois, je pense qu’il ralentira.

Le passage du J4005B au J4105 ajouterait 2 ports SATA, ce qui porterait le nombre maximum de disques de 6 à 8, et doublerait le nombre de cœurs : Je m’attendais à une consommation d’énergie légèrement supérieure, mais je n’ai pas répété tous mes tests avec cette configuration.

 

Je recommence tout depuis le début : Ce que je ferais différemment

D’une part, je suis heureux d’avoir réussi à descendre en dessous de 10 watts : J’ai un système qui va probablement servir des dossiers et effectuer d’autres tâches pendant des années, le tout dans une belle enveloppe de faible puissance.

D’un autre côté, je me demande si j’aurais pu y arriver avec un i3 ou un Pentium Gold sous-volté sur une carte mère de la série 300 avec le multiplicateur plafonné. Gardez à l’esprit que mon modèle précédent de Skylake tournait au ralenti à 10 W – même s’il n’avait pas de disques durs à 4 roues motrices ni de bloc d’alimentation ATX complet, il est possible que les améliorations apportées à Kaby Lake et au-delà suffisent à compenser ces problèmes.

Quoi qu’il en soit, si je devais recommencer, je pense que j’opterais pour une carte Micro-ATX avec 6 ports SATA et que je bricolerais autant que possible pour réduire la consommation d’énergie. Bien sûr, le coût serait un peu plus élevé (et je n’aurais pas pu utiliser ma DDR4-SODIMM de rechange), mais l’expansion future serait nettement plus facile.

21 Commentaires | Tapez un commentaire.

 Trier par ancienneté | Trier par nouveauté
  1. Jaron Ensley sur décembre 31, 2019 - cliquez ici pour répondre
    Salut Matt -

    Je voulais juste vous dire que votre travail concernant les Macbooks 32 bits EFI/64 bits à processeur a été une bouée de sauvetage. Je voulais juste vous remercier et vous devriez faire une vidéo YouTube sur la façon de le faire correctement, car il y a beaucoup de vidéos sur la façon de le faire mal.

    Merci, Jaron
  2. Luis sur février 24, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Très bon poste. Configuration similaire à celle que je recherche (je peux attendre la sortie du processeur J5040). Je cherchais un pico-PSU, après avoir lu ceci, j'ai changé d'avis.
  3. Valerio sur avril 6, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Salut,
    très bel article !
    Si vous avez opté pour une carte mère i3 et une carte mère non-ITX, quelle puissance supplémentaire devrait-elle nécessiter par rapport à la construction atomique ?
    D'après votre expérience, quelle puissance de repos un processeur comme le Pentium Gold G5400(T) avec une carte mère mATX peut-il atteindre (juste un processeur/ram tournant au ralenti) ?

    Merci
    Valerio
    • Salut Valerio. Pour ce qui est de l'i3, j'avais une version précédente de Skylake que j'ai réussi à ramener à 10W en veille. Bien sûr, en charge, la puissance était un peu plus élevée que celle de la Goldmont. Quant à une carte mère non-ITX, elle ne devrait pas en soi tirer plus de puissance : cependant, elle a souvent un nombre de composants plus élevé et moins de composants est généralement mieux en termes d'économie d'énergie. Le plus grand défi semble vraiment être le bloc d'alimentation ATX... l'efficacité a vraiment tendance à commencer à baisser à moins de 20W au point où vous vous battez pour chaque watt économisé.
      • Valerio sur avril 6, 2020 - cliquez ici pour répondre
        Merci Matt,
        Donc, en gros, il suffit d'utiliser une puissance plus faible et des composants plus petits, des psu à faible consommation, une petite carte mère, etc. Chaque modèle que j'ai vu avec i3 et autres, ne va pas en dessous de 30w en veille :( Je vais essayer de voir si mon enermax Eco80+ de rechange est efficace, si ce n'est pas suffisant, j'en essaierai un autre, peut-être un pico psu, il est difficile de trouver ce genre de tests en ligne dans le monde réel :D
  4. xtos sur mai 4, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Excellent article....emerci. C'est ce que je cherchais.
    (Je suis reconnaissant que le 1er résultat de google soit votre page pour le terme de recherche "lowest power consumption pc as nas")
  5. LucianLS sur mai 10, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Merci pour cet article ! Voici ma construction avec l'ASRock J4105 similaire : https://forum.openmediavault.org/index.php?thread/32310-my-low-power-nas-in-a-closet/
    • C'est bien votre construction ! C'est aussi agréable de voir la consommation en regardant un film : c'est quelque chose qui m'a intrigué mais que je n'ai jamais eu le temps de tester.
  6. Mathew7 sur mai 27, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Ma préoccupation concerne la durée de fonctionnement de l'UPS, et non son coût annuel. Je n'ai pas de mesures exactes de la puissance, mais mon BackUPS RS 900G estime à 200 minutes le temps de fonctionnement (5%, donc environ 27W) avec NAS(+1xspun-up 3,5")+routeur (9W)+modem. Mon ancien serveur avait 44W à lui seul avec 2x 3,5" de disques durs.

    J'ai donc fini par utiliser un Qnap TS-253Be (non-e également similaire) avec linux et un Seagate Ironwolf de 14 To 3,5 pouces (en pensant à un WD rouge à plus bas régime et en le déplaçant vers le serveur de sauvegarde)
    Ma config :
    - J3455 CPU + 2x8GB RAM (livré avec 1x2GB)
    - 1x14TB 3,5" Seagate Iron
    - Emplacement 4xPCIe avec 2x M.2 NVME adapter (Qnap PCIe 2.0, 4xPCIe à 2 4xPCIE)
    - 512 Go Samsung 970 PRO (pour les torrents)
    - 128 Go Samsung SM951 (pour OS)
    Mais il me manque la mémoire vive du CEC et une alimentation douteuse (bien que ce soit l'original "certifié" par Qnap)

    Notes :
    - Le BIOS ne démarre qu'à partir d'une flash interne ou d'un disque SATA (pas de démarrage à partir des emplacements PCIe, donc je dois charger le noyau à partir de la flash interne)
    - ce modèle possède une mémoire flash interne de 4 Go (les anciennes NAS d'Intel n'avaient que 512 Mo)
    Ne sait pas pour Windows (peut-être installer sur un SSD SATA et ensuite transférer le système d'exploitation au NVME avec une partition de démarrage sur le flash interne)

    Je suppose que la version à 4 baies est aussi peu puissante que celle-ci et qu'elle a 4x3,5" + 2xM.2. Je pense que Qnap a même un adaptateur PCIe 10G+2xM.2.
  7. Airbag888 sur juin 4, 2020 - cliquez ici pour répondre
    OMG où étais-tu toute ma vie ! J'ai cherché des amateurs de basse puissance partout et je ne les trouve jamais...
    Bien que mon cas d'utilisation vise à combiner NAS, Home Server box en 1, je suis également après le saint graal de la faible consommation d'énergie.
    Mon NAS vieillissant actuel (Dlink ugh) plafonne à 11MB/s écrit ce qui est nul pour le transfert de vidéos de drones.
    Je veux aussi un espace pour les images des dockers et quelques VM pour des services comme l'automatisation à domicile.
    De toute façon, l'électricité étant chère ici, j'ai besoin d'une faible puissance pour fonctionner 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

    Quelles étaient les NAS synologiques que vous avez examinées et quelle était leur consommation électrique en veille ?

    Avez-vous pensé que l'Asrock A300 (avec ryzen, etc) pourrait être trop cher pour un NAS ?)

    Quoi qu'il en soit, je vous remercie et j'attends avec impatience d'autres articles ou de meilleures vidéos Youtube dans ce domaine.
    • En ce qui concerne les produits NAS de Synology, j'ai regardé quelques-uns qui étaient couramment disponibles (Amazon, etc.) et j'ai ensuite consulté le site web de Synology (ils listent la consommation électrique des modèles sous la rubrique "Specs"). Actuellement, dans la gamme des 2-5 baies selon le modèle, ils semblent indiquer une consommation de 5-15W avec "HDD Hibernation" et de 15-35W avec "Access", bien que ces mesures de puissance semblent être prises avec des WD Reds de 1 To qui ont une consommation d'énergie inférieure à celle des disques de 3,5" de capacité supérieure. Pour obtenir un numéro spécifique pour un modèle, vous devrez consulter sa fiche technique. Ces chiffres sont certainement corrects, mais il y a évidemment des avantages potentiels à construire quelque chose sur mesure.
    • ballardian sur août 12, 2020 - cliquez ici pour répondre
      Je ne sais pas si vous avez déjà fait votre construction, mais votre cas d'utilisation ressemble au mien. J'utilise toujours un serveur domestique Windows 10 Pro sur un processeur Atom 330 intégré datant d'il y a 10 ans. À ce stade, le pi 4 framboise est probablement tout juste ou plus performant. Je cherche à le remplacer par un boîtier plus puissant, mais avec une puissance/chaleur encore faible en raison de mon boîtier et de mon utilisation.

      Mon principal candidat est le GigaIPC mITX-1605A - en gros, il fait tourner un processeur Ryzen Mobile à 17 TDP max (7 TDP max supplémentaires pour les graphiques embarqués pour un total de 25W). Il est aussi puissant que mon ordinateur portable i7 d'un an. L'inconvénient est qu'il n'a pas 6 SATA comme j'en ai besoin, mais il a un mini slot PCIe dans lequel j'ai l'intention d'ajouter un contrôleur SATA. Ce n'est pas une carte bon marché, mais après que ma dernière carte à très faible puissance et à très faible coût ait fonctionné pendant 10 ans, en payant un peu plus pour sa longévité, je pense que cela vaut la peine cette fois-ci. Comme mon serveur n'est pas allumé tout le temps, mais seulement quand c'est nécessaire, un tirage plus élevé est un bon compromis pour le mode de veille très faible.

      Vous trouverez plus d'informations sur mes recherches et mes idées sur mon blog, qui est techdabble dot wordpress dot com, si vous êtes intéressé.
  8. Danny sur juillet 5, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Merci beaucoup de poster ça, ça m'aide beaucoup dans mes recherches. Le NUC7CJYH (J4005 NUC) semble être plus efficace, tirant environ 5W au ralenti. Il n'économise pas beaucoup d'énergie et ne dispose que d'un disque dur de 2,5 pouces plus M.2, il ne convient donc que comme serveur multimédia. Cependant, si vous avez déjà un NAS et que vous cherchez un serveur domestique, le NUC pourrait être un meilleur choix (et moins cher).
  9. Danny sur juillet 5, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Les systèmes Synology ont tendance à être assez efficaces en termes de consommation d'énergie ; les fiches techniques sous-estiment leurs performances dans le monde réel. Par exemple, le 220j à 2 baies consomme 5,5 W au repos, à partir d'un mur.

    Voici un test : https://www.techpowerup.com/review/synology-ds220j-2-bay-nas/12.html

    Si votre principale préoccupation est la consommation d'énergie, les NAS Synology vous couvriront. Il y a beaucoup d'autres raisons de construire sur mesure, mais la consommation d'énergie n'est pas vraiment une préoccupation de l'OMI.
  10. Marc Gutt sur septembre 23, 2020 - cliquez ici pour répondre
    J'utilise l'Asrock J5005 dans mon NAS Backup Unraid et comme il est possible d'utiliser des multiplicateurs de port SATA, vous n'êtes PAS limité par les 4 ports !

    Mais mon NAS principal a également une faible consommation d'énergie. Le Gigabyte C246N-WU2 (CEC 2019 activé, ErP activé) avec un i3-8100 ne consomme que 6,65 W y compris SATA SSD, 16 Go de RAM et une connexion LAN de 1G. Maintenant, le NAS final avec Unraid installé consomme 23,60W avec 8 ( !) disques durs HGST de 12 To de 3,5 pouces en veille et un adaptateur réseau de 10G (qui consomme à lui seul 6W). Malheureusement, aucun adaptateur n'ajoute la capacité SATA DevSleep (utilise les broches 3,3V pour envoyer les disques durs dans un état qui ne consomme que 5mW). C'est quelque chose qui est utilisé dans les stockages d'entreprise et les ordinateurs portables.

    @Danny
    "le 2-bay 220j fera 5,5W"
    Il semble que vous n'ayez pas lu la configuration du test. Ils ont utilisé de très petits SSD pour ce test et ceux-ci ne consomment presque rien. C'est bien de comparer différents modèles de NAS, mais cela n'a rien à voir avec la consommation dans le monde réel - tant que vous n'installez pas de SSD aussi bien ;)
  11. Maurizio sur octobre 26, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Excellent et précis article, je vis quelque chose de similaire aussi, j'ai un Asrock J4105M et je voudrais y ajouter une carte SATA 8 ports avec un chipset 88SE9215, mais avant de l'acheter je voudrais savoir s'il est compatible avec ce MB et si vous voyez tous les ports, j'ai essayé un IBM M5015 mais il n'a pas été vu par le BIOS et il est devenu trop chaud. J'ai déjà installé OpenMediaVault sous Debian 10. Quelqu'un a déjà eu de telles expériences ?
  12. Sean sur octobre 30, 2020 - cliquez ici pour répondre
    Merci pour ton article Matt.
    J'ai choisi la voie du mini-itx avec soc pour mon serveur silencieux, alors j'essaie de choisir entre le 4xSATA (J4105) ou le 2xSATA (J4105B) intégré. Dans les deux cas, j'ai besoin de la carte PCIE qui ajoute des ports SATA supplémentaires (j'ai déjà commandé, en raison du long délai de livraison, celle que vous avez recommandée sur votre autre page : PCE8SAT-M01)
    Vous avez dit que votre J4105 avait des problèmes avec la puce ASM1061 desservant 2 des 4 SATAs sur votre autre page. Je pensais qu'avoir des ports 4xSATA intégrés serait un avantage car vous n'auriez pas à mettre autant de disques sur la carte PCIE (et donc théoriquement chaque disque dur pourrait fonctionner à un taux de transfert de données plus élevé), mais votre expérience avec la puce ASM1061 me fait hésiter. Pensez-vous que la J4105B soit la solution la plus sûre ?
    Deuxième question : Le J4105B a un emplacement PCIE mécanique 16x, mais en lisant le site web d'Asrock, j'ai compris qu'il n'avait que deux voies. Avez-vous pensé à utiliser une carte PCIE 2.0 à deux voies (au lieu de la carte 1x PCE8SATA-M01), pour obtenir encore plus de bande passante à partager entre des hdds supplémentaires ?
    Je vais probablement utiliser un seul SSD pour le système d'exploitation et 6 hdds.
    • En général, je préfère le SATA à bord. Vous évitez les problèmes de placement de la carte, vous libérez des emplacements PCIE, l'intégration du BIOS/boot (et parfois un certain degré de configuration) est prise en charge par le fabricant de la carte mère, et il y a quelques autres points positifs lorsque ces composants sont intégrés directement sur la carte mère par le fabricant de la carte mère.

      Cela dit, mon ASM1061 a bien échoué. Il y a une tonne de ces puces sur le marché et elles ne tombent certainement pas toutes en panne. Mais je ne sais pas quel est le taux de défaillance global. Je ne suis pas un grand fan de l'ASM1061 en général... L'IIRC, s'il ajoute un multiplicateur de port, n'a pas de FBS et ne supporte pas non plus le niveau de gestion de l'énergie de l'état de liaison le plus bas, ce qui est un peu irritant. Je m'éloigne du sujet, mais il me semble me souvenir que la consommation d'énergie est un peu plus élevée que celle du contrôleur Marvel à 4 ports (un contrôleur que je préfère en fait).

      En mettant tout cela de côté, en supposant que mon échec est plus proche d'un 1-off que du le-point-de-l'iceberg, vous obtenez certainement 2 ports à haut débit.

      En ce qui concerne la question des cartes 2x, j'ai essayé ce qui était censé être une carte 2x (le SA3008 basé sur l'ASM - répertorié comme un slot 4x et une interface/ largeur de bande 2x) et cela a empêché l'ethernet de se manifester. Les spécifications pour ces choses sont... rares, donc il est toujours possible que ce soit vraiment une interface 4x. Ou peut-être que quelque chose d'autre à propos de cette carte ne va pas avec ma carte mère. Ou peut-être que ma carte était juste bancale. Vous pouvez toujours essayer une carte 2x : j'ai jeté un coup d'oeil sur AliExpress à l'instant et il semble qu'il y ait des cartes à 8 ports qui affichent "Marvell 88SE9705" qui est supposée être 88SM9705 (multiplicateur à 5 ports, probablement alimenté par un contrôleur x2 comme le 88SE9235). C'est la raison pour laquelle je n'ai pas pris la peine de l'essayer :En gros, je viens d'accepter que j'aurai jusqu'à 8 lecteurs partageant une interface 1x. Comme mon disque d'OS a très peu de lecture/écriture, il est sur le 8-port pour libérer un autre port Intel pour un disque qui peut mieux utiliser la bande passante. Le débit est bon pour mon utilisation actuelle, mais si je finis par en avoir besoin de plus, je suis probablement au point où la ligne de conduite la plus raisonnable serait d'utiliser une carte mATX avec plus de ports et de slots PCI-E.
      • Sean sur novembre 4, 2020 - cliquez ici pour répondre
        Merci pour ta réponse Matt. Il a répondu parfaitement à toutes mes questions. Je penche probablement pour le J4105-ITX (4xSATA) et s'il y a des problèmes avec l'ASM1061 (c'est-à-dire la perte de 2xSATA), ce serait quand même équivalent à ce que j'aurais avec le J4105B-ITX de toute façon. Je vais m'en tenir à ma carte 1x pour le moment.
        Par ailleurs, j'ai une expérience de 8 ans dans le domaine des batteries au plomb et je n'avais jamais entendu parler de la réactivation des batteries sulfatées selon la méthode dont vous avez parlé. Vous semblez avoir de vastes connaissances sur un grand nombre de sujets. Je vous souhaite bonne chance.

Tapez un commentaire.

Vous pouvez utiliser un pseudonyme et un faux courriel. Toutefois, si vous choisissez d'utiliser un vrai courrier électronique, les "gravatars" sont pris en charge. Lisez la politique de confidentialité pour plus de détails.